RANA PLAZA : BENETTON ET CARREFOUR DOIVENT PAYER !

Communiqué de presse de achACT

Il reste un mois aux enseignes pour couvrir les 40 millions $ nécessaires à l’indemnisation des victimes du Rana Plaza au Bangladesh. Le 24 avril 2013, le Rana Plaza s’effondrait au Bangladesh. Bilan : 1138 travailleurs tués et plus de 2000 blessés. 11 mois plus tard, les victimes et leurs familles n’ont toujours pas été indemnisées. achACT lance ce 24 mars sur son site une action publique d’interpellation à l’égard de Benetton et Carrefour.

BENETTON se fournissait dans une des usines du bâtiment. Il doit contribuer au fonds d’indemnisation à hauteur de 5 millions $.

CARREFOUR, qui réfute avoir été client du Rana Plaza, doit contribuer au fonds en tant que gros client du Bangladeh.

A ce jour, le Rana Plaza Arrangement annonce que 8 enseignes contribuent publiquement au fonds d’indemnisation.


  • Six entreprises clientes du Rana Plaza : Bonmarché (Royaume-Uni), El Corte Inglès, Mango (Espagne), Mascot (Danemark), Loblaw (Canada) et Premier Clothing ;
  • Inditex (Zara, Bershka, Pull&Bear, Massimo Dutti) qui ne s’approvisionnait pas au Rana Plaza mais qui est un important client du Bangladesh, au même titre que Carrefour ;
  • C&A, qui était client d’une des usines du Rana Plaza jusqu’en 2011 et qui a annoncé avoir versé 500 000 $ via sa fondation.

D’autres enseignes affirment avoir contribué mais sans vouloir figurer dans la liste des donateurs officiels.
Primark a annoncé consacrer 10 millions $ à l’indemnisation, en plus de 2 millions $ déjà versés comme aide d’urgence. La marque irlandaise va indemniser directement les 580 victimes de son fournisseur, New Wave Bottom, un des ateliers hébergés dans l’immeuble du Rana Plaza, pour un total de 9 millions $ et va contribuer au fonds d’indemnisation pour 1 million $. Le montant annoncé est important et est accueilli favorablement. Néanmoins, achACT attire l’attention sur la nécessité d’une approche coordonnée nécessaire pour indemniser l’ensemble des victimes du Rana Plaza. L'Organisation internationale du travail, qui gère le fonds d’indemnisation, explique que les initiatives unilatérales d’indemnisation directe des entreprises posent problèmes. Certaines des victimes risqueraient d’être oubliées. achACT appelle donc Primark a coordonné ces efforts avec le comité de coordination du Rana Plaza Arrangement.

Benetton et Carrefour refusent de contribuer. Inacceptable !
Carrefour nie tout lien avec le Rana Plaza et refuse de contribuer au fonds d’indemnisation. Pour rappel, des t-shirts étiquetés TEX, la marque de Carrefour, ont été retrouvés dans les décombres. Carrefour nie pourtant tout lien avec les usines du Rana Plaza. On pourrait débattre éternellement si Carrefour était client ou pas d’un atelier du Rana Plaza. Mais que ce soit le cas ou non, Carrefour est un important client de l’industrie de l’habillement du Bangladesh.
Le fonds d’indemnisation a été conçu pour que les marques qui ne sont pas directement liées au Rana Plaza puissent y contribuer. Inditex (Zara), qui n’était pas client du Rana Plaza, y contribue en tant qu’acheteur important au Bangladesh. L’OIT est claire sur ce point : se montrer solidaire des victimes du Rana Plaza n’implique pas une reconnaissance de responsabilité vis-à-vis d’elles. Comme Inditex, Carrefour peut contribuer à résoudre un des problèmes chroniques de l’industrie en contribuant à l’indemnisation des victimes.

Benetton se fournissait pourtant dans une des usines hébergées dans le Rana Plaza. Il refuse pourtant refuse toujours de signer le Rana Plaza Arrangement et de contribuer au fonds d’indemnisation des victimes. A l’approche de l’anniversaire de la catastrophe du Rana Plaza, un mouvement international de travailleurs, consommateurs et citoyens est en marche. Nous réclamons que Benetton assume ses responsabilités et contribue immédiatement à hauteur de 5 millions $ au fonds d’indemnisation des victimes.

Le fonds d’indemnisation
Un fonds d’indemnisation, le Rana Plaza Arrangement, existe. Ce fonds est une approche coordonnée inédite, sous l’égide de l’OIT, qui permettra d’indemniser les victimes en couvrant leur perte de revenues et leurs frais médicaux. Les victimes pourront être indemnisée dès que suffisamment d’argent aura été récolté.
Pour couvrir l’indemnisation complète de toutes les victimes, il doit être financé à hauteur de 40 millions de dollars. Les marques et enseignes c couvrir ce montant avant le 24 avril 2014, date anniversaire de la catastrophe. Certaines enseignes ont déjà versé une contribution. Benetton et Carrefour refusent pour le moment d’y contribuer.
achACT lance ce 24 mars sur son site une action publique d’interpellation des deux marque et enseigne

Plus d’infos: www.achact.be

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une douce révolte. Documentaire

Label Financité & FairFin, le 1er label de finance solidaire